Parler ensemble: féminisme et disability studies

2 (6)Ce serait une histoire de ponts, de passages d’un point à un autre qui permettraient  de cheminer ensemble, au moins pour un temps, disons, le temps d’une conversation commune, comme font les gens lorsqu’ils marchent ensemble. L’échange verbal entre une personne avançant debout, une autre se déplaçant en fauteuil, nécessite des paysages favorables pour être fluide, des paysages propices au partage d’un même rythme qui atténue les conséquences du décalage des visages. Et si certaines perspectives féministes invitaient à déployer ce genre de paysages? Si leur apport à la sociologie du handicap menait à dessiner des ponts entre manières d’être valides et ordinaires handis?

Bien-sûr il faudrait, non pas s’en départir mais interroger les analyses attachées aux frontières qui distinguent celles et ceux qui reçoivent de celles qui donnent. Car dans les narrations proposées en ces occurrences, les personnes handies sont généralement désignées comme celles-là dont celles-ci s’occupent. Or, peut-être qu’un récit des rapports humains qui combat une domination mais en reproduit une autre s’arrête à mi-chemin de ses exigences critiques. Peut-être est-il possible de dénoncer la domination masculine, les violences et les assignations du patriarcat, sans pour autant reproduire les clivages entre handi-e-s et valides, sans pour autant se placer et parler dominant-e. De ma position de chercheur en fauteuil n’ayant ni plus ni moins besoin d’aide dans la vie quotidienne que quiconque, n’ayant ni plus ni moins besoin de mes semblables pour être humain que quiconque, je lis néanmoins toujours avec un agacement facteur de riposte les écrits selon lesquels « les femmes s’occupent des handicapés ». Ce ne sont que quelques mots – « s’occupent des handicapés » – mais d’une violence sans nom, qui atteste d’une perspective valido-centrée.

En suggérant que le genre ne se limite pas aux modalités masculines et féminines, Judith Butler proposait de travailler à l’élargissement des existences socialement viables, au déploiement du sentiment d’être possible, tel-le que l’on est, quel-le que l’on soit. En initiant la réflexion sur le care, Carol Gilligan entendait modifier les conversations sur les manières d’être ensemble, focaliser l’attention sur ce qui compte pour chacune, pour chacun, sur la préservation des liens, des histoires partagées. Le souci des récits de soi, de soi avec l’autre, caractérise les optiques féministes de J. Butler et C. Gilligan. Sandra Laugier a montré que les éthiques du care mènent à se préoccuper des mots que nous employons pour parler de nous-mêmes, d’autrui, du tissu de nos relations. Cette optique invite à renouveler nos modalités d’expression et d’appréhension des échanges entre personnes valides et personnes handies, conduisant à considérer par exemple que l’important n’est pas ce que je fais ou ce que tu ne peux pas faire mais ce que nous sommes en train de faire ensemble. L’une des jonctions les plus joyeuses entre féminisme et disability studies se situe peut-être en ce souci d’accueil.

Ce serait une histoire de choix, de passages d’un point à un autre qui permettraient de cheminer ensemble; ces marches de part et d’autre, cette ruelle ombragée. Où voudrons-nous aller? Saurons-nous préserver le partage de cette conversation qui nous liait?

Bibliographie:

Butler J., Défaire le genre, Paris, Editions Amsterdam, 2012 (réédition).

Gilligan C., Une voix différente. Pour une éthique du care, Paris, Champs Flammarion, 2008.

Paperman P., Laugier S. (dir.), Le souci des autres. Ethique et politique du care, Paris, EHESS, 2011 (réédition). 

Image: Treppe © Chris, Openphoto, Licence Creative Commons.


2 réflexions au sujet de « Parler ensemble: féminisme et disability studies »

    1. Bonjour, toutes mes excuses de ne vous répondre que maintenant. À vrai dire, je ne connais pas Sunaura Taylor… Pour le moment 🙂 Merci de votre intérêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *