Sur le pont des galions bipèdes : construction d’objet

openphotonet_Angie_mastering_her_art_with_AlexPrésentée de manière épurée, la situation postulée comme un possible point de départ auquel ancrer la recherche (de sens, de compréhension, de mise en cohérence) est constituée d’une jeune adulte dans un environnement distribuant son entourage proche, un lieu de vie, une ville alentour. Les statuts de la voie ferrée, d’une attention de funambule, d’une marche (hésitante? assurée?) sont juste ceux d’une image.

Proposons que la personne évoquée existe dans ce texte sous la lettre L., par respect des règles de confidentialité, par sympathie pour l’alphabet, mais aussi pour ne pas considérer neutre, sans effet, la substitution d’un prénom par un autre : que le choix de la proximité entre ceux-ci fragilise ou pas l’anonymat, que le choix d’un second radicalement différent du premier modifie ou pas l’appréhension des données, ces deux orientations invitent à opter pour une tentative d’objectivation par un effort d’abstraction. Cette option se justifie par l’hypothèse que l’habitude de nommer les enquêté-e-s, même de façon fictive, induit, lorsque le récit de vie est mobilisé dans la construction du raisonnement, une tendance à perdre la distance ; pas par rapport aux personnes mais par rapport à l’histoire dont on restitue des bribes. Que le choix contraire assure cette distance n’a pas, dans ce texte, valeur de certitude.

La situation de départ s’inscrit dans une histoire qui la précède et se poursuit. Une maladie évolutive influe sur l’expérience de L. L’affaiblissement de sa force musculaire nécessite l’usage d’un fauteuil pour être mobile, implique que certaines activités soient effectuées en commun : passer du lit au fauteuil le matin, l’inverse le soir, se laver, s’habiller, ou encore d’autres successions de gestes relevant davantage de l’imprévisible tels que, par exemple, se baisser pour ramasser un objet tombé par terre, aller aux toilettes. La situation de départ présente une personne qui a besoin du geste d’autrui pour quelques actes mais dont les déplacements en dehors de l’espace privé ne nécessitent pas d’autre présence que la sienne. Son fauteuil lui assure cette mobilité. Cela pourrait en être autrement mais les trottoirs, les transports en commun de la ville qu’elle habite ou pourrait habiter n’entravent pas les déplacements en fauteuil.

L. ne va jamais loin sans être accompagnée. Ses parents la conduisent là où elle le souhaite, viennent la rechercher. Lorsqu’elle se rend chez des ami-e-s, il est systématiquement convenu qu’ils ou elles effectueront en sa compagnie le trajet de l’aller, celui du retour. Les règles imposées depuis l’enfance semblent figées autour d’un centre : le risque, omniprésent dans l’imaginaire parental – « et s’il t’arrivait quelque chose… » – appelle la constance d’un tutorat garant de sécurité lorsqu’il s’agit de déplacement, de mobilité. Il s’agit moins d’une stricte interdiction de sortir que de l’imposition d’une présence : celle d’un tiers, qui conditionne la possibilité de s’éloigner de l’espace familial et limite, en conséquence, les apprentissages à se défaire des cadres de l’enfance, à composer avec l’imprévu.

Le hasard d’une rencontre muée en échanges réguliers transforme cette situation : L. se lie avec un ami en fauteuil perdu de vue et retrouvé. Proposons qu’il existe dans ce texte sous la lettre A. Dans un premier temps proches du domicile parental, les premiers lieux de rendez-vous se délocalisent ensuite dans d’autres endroits de la ville, impliquant de marcher jusqu’aux transports en commun, de les emprunter, de marcher dans les rues, de revenir ensuite. (Un travail sociologique mené avec des personnes en fauteuil a des chances d’apercevoir celles-ci s’orienter d’un point à un autre. Étendre l’usage de la marche aux déplacements en fauteuil peut s’entendre dans cette recherche autant comme une commodité de langage que comme un acte de mutinerie pacifique et taquine sur le pont des galions bipèdes.) Malgré les résistances parentales et les conflits que L. évitait jusqu’alors mais dans lesquels elle s’engage à présent, ces sorties se répètent.

Les possibilités de construire l’objet font signe en ce que deux situations se succèdent et qu’elles engagent des manières d’être libre ou pas, de se sentir autorisé-e à l’être ou pas, de se sentir suffisamment légitime à exprimer des propositions telles que je veux, je fais, je vais, et à les rendre effectives. Il se pourrait que la notion d’autonomie n’y tienne lieu que de point de départ nécessaire mais dont il conviendra de se départir ; parce que ce sont des expressions de soi avec l’autre qui sont ici engagées : s’opposer, ou pas, aux mots d’autrui posés sur soi lorsqu’ils assignent davantage qu’ils n’invitent, disposer ou pas des possibilités de cette opposition au profit de la trace d’un parcours, proposer suffisamment d’écoute et de mise en confiance pour que la personne en face de soi sache qu’elle peut entamer le parcours vers lequel elle se sent attirée. Les possibilités de construire l’objet font signe en même temps que les écueils. S’en prémunir passe peut-être par le préalable de notations simples. S’il y a une succession de situations, par quels éléments celles-ci sont-elles constituées? S’il y a une conjonction de facteurs, quelles en sont les caractéristiques ? Qu’est-ce qui se modifie fondamentalement, qu’est-ce qui préside à ces modifications, et sommes-nous absolument certains que c’est bien de cela qu’il s’agit?

Image : Untitled © Jacob Lungaro / Attribution-ShareAlike, Open photo.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *