L’objectivité en sociologie du handicap, ou : « N’oublie pas quelle est ta place »

2

Encore récemment, je pensais que ma formation de sociologue m’avait permis d’acquérir différents outils favorisant la recherche d’objectivité en sciences humaines et sociales. Je voudrais commencer cet article par proposer la liste de ceux qui, jusque là, me semblaient fondamentaux, et que je me suis efforcé de transmettre, chaque fois que j’ai enseigné, notamment en licence et en master, mais aussi dans des formations de travailleur-e-s du secteur médico-social.

L’ensemble se résume à la mise en œuvre d’une méthode dont le premier pas consiste à introduire de la question dans ce qui semble aller de soi. Cette démarche de questionnement ne peut s’accomplir sans la lecture de travaux qui permettent de construire l’objet de recherche. Elle ne peut pas non plus s’accomplir sans un effort constant de réflexivité qui impose aux chercheur-e-s d’analyser leur rapport à l’objet.

Aux premiers temps de la construction d’une problématique et de la formulation d’hypothèses succèdent ceux de la mobilisation des outils méthodologiques auxquels chaque étudiant-e en sociologie est en principe formé-e durant son cursus. Pour ma part, les méthodes que j’utilise sont principalement celles de l’entretien et de l’observation. Viennent ensuite les moments de l’analyse, puis du rendu d’un texte cohérent, qui n’a cessé d’être écrit tout au long du travail. L’objectivité n’est pas synonyme de vérité ; toute objectivation n’est que partielle. Cependant, de mon point de vue, prétendre à l’objectivité en sociologie consiste à dire : en construisant mon objet à l’aide de tels concepts, j’ai appliqué telles méthodes qui m’ont permis de proposer tels résultats. La réflexivité fait partie de la méthode. L’objectivité nécessite d’abattre ses cartes.

Je suis un chercheur en fauteuil qui travaille sur le handicap, principalement avec des personnes en fauteuil. Toutefois, contrairement à quelques-unes d’entre elles, mes bras bougent à la manière valide et aucune maladie évolutive ne marque ma trajectoire. Dans mes comptes rendus de recherche, je propose l’idée que si tout point de vue est situé, alors le mien se situe à mi-chemin des proximités d’une distance : handi par certains côtés, valide par d’autres. Il me semble en effet que si cette posture est assumée avec rigueur et honnêteté, elle peut nourrir avec profit l’effort constant de questionnement et de réflexivité et qu’alors, elle dispose au souci de ne pas imposer à quiconque des grilles de lecture basées sur des standards de normalité qui ne lui correspondent pas.

J’emploie le terme handi car j’aime l’idée d’employer un mot que les personnes en premier lieu concernées emploient pour parler d’elles-mêmes. Au sens dans lequel je l’utilise, handi indique un écart aux normes de santé et de fonctionnement définies par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), mais sans limiter les significations de cet écart au registre du problème. En ce sens, l’expérience handie recouvre d’une part, le déploiement de la diversité des manières d’être et, d’autre part, des situations de pénibilité, d’entrave à ce déploiement. Inscrit dans un souci de conceptualisation, cet usage prend son ancrage dans l’observation des pratiques. De mon point de vue, il se présente comme l’éventualité d’une ressource pour parler d’autrui sans l’exclure, sans disqualifier ce qui constitue sa manière d’être.

Selon cette perspective, la recherche d’objectivité nécessite de ne pas considérer les motricités et les quotidiens des personnes valides comme des critères neutres de description de l’action. Cette option implique de décrire et de comprendre l’expérience handie non pas en fonction de ce qu’elle n’est pas, mais en fonction de ce qu’elle est. Cela implique des constructions de l’objet, des questionnements et des propositions d’analyse qui effritent le point de vue des dominant-e-s, dans leur habitude à vouloir dire le normal et le vrai avec objectivité.

– Comment ? L’expérience handie ne serait pas qu’une série de problèmes et de tristesses infinies que les bienveillances valides devraient prendre en charge ? Les normes valides ne seraient pas les seules qui vaillent ?

Les réactions des dominant-e-s sont alors vives : vous n’êtes pas objectif ; vous êtes partial parce qu’handi. Ce sont pourtant les expériences de personnes qui ont des maladies évolutives et dont la motricité, les quotidiens et les ordinaires, ne sont pas similaires aux miens, qui m’ont mis sur la piste de cette posture critique. Jusqu’où peut aller la déconstruction en sociologie ? Où commence et où se termine la recherche d’objectivité ? Probablement à ce point où, d’un mot, d’une phrase, quelques personnes valides en position de juger votre travail balaient vos compétences et vous rappellent quelle est votre place.

 Ce texte a été écrit en écoutant « Heart and Bones » par The Pines

Image : Untitled © Michael Jastremski / Attribution-ShareAlike, Open Photo